C’est effectivement parti pour les 6èmes Rencontres autour du Festival International du Film d’Education, un festival organisé chaque année à Evreux par les CEMEA, en partenariat avec la Protection Judiciaire de la Jeunesse (PJJ) et le Réseau Canopé.

Rencontres mises en place par l’association territoriale des Cemea-Martinique qui proposent des images de ce festival à différents publics.

Comme chaque année, l’ouverture de cette opération a eu lieu à l’ESPE de Martinique le vendredi 5 avril 2019 en présence de Bérangère JANNELLE, réalisatrice du film «Les Lucioles», un documentaire sélectionné par le comité de pilotage à la suite d’une présentation effectuée par les deux militants présents à Evreux en décembre. La rencontre avec Sophie, la «maitresse» à l’écran, a largement contribué à emporter leur adhésion. Le fait que le film ait remporté le Grand Prix du Jury, mérité selon nous, n’y est sans doute pas étranger non plus.

Une trentaine de personnes, accueillis par le directeur des Cemea-Martinique, Frédéric Contault, avaient répondu à l’invitation. Un bref rappel de l’historique et des objectifs du Festival mais également des Rencontres fut ensuite présenté par le coordonnateur du projet, Gérard BOUHOT, qui laissa la place à Pierre PROCOLAM, vice-président des Cemea-Martinique mais également membre du comité de sélection. Ce dernier fit rapidement partager son enthousiasme pour «Les Lucioles», sans oublier de présenter celle qui pouvait répondre à toutes les questions et réactions qui ne manqueraient pas d’être évoquées à la suite de la projection.

«Les lucioles», c’est avant tout l’histoire d’une «insurrection poétique d’élèves de CM dans un centre commercial», ce qui n’est déjà pas banal comme projet pédagogique. Mais c’est surtout une démarche pédagogique décortiquée avec son lot de relations éducatives. C’est la volonté d’une enseignante et l’enthousiasme des élèves qui font bouger les lignes de l’école. Pari osé, mais pari gagné. Bérangère JANNELLE fournira, lors du débat avec l’assistance, des nouvelles de cette expérience et de cette «professeure des écoles» hors normes. Elle dévoilera également la face cachée du tournage, comment les élèves ont accepté l’intrusion d’un oeil étranger, comment l’idée même de ce film a germé.

«Les lucioles» a particulièrement intéressé Mme Joëlle JOUGON, formatrice à l’ESPE, sensible à l’ouverture sur une pédagogie mettant l’élève au coeur de l’action, au coeur des apprentissages consentis. Un film qui devrait donc être diffusé auprès des élèves-professeurs pour encourager les ambitions novatrices.

Une soirée riche en réflexions qui s’est achevée par un cocktail afin de remercier ceux et celles qui avaient fait le déplacement, en premier lieu, Béatrice JANNELLE qui reprit l’avion deux jours plus tard afin de présenter son film à Montpellier.

Gérard BOUHOT, militant des Cemea, AT Martinique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *